5e de la Solo Concarneau-Trophée Guy Cotten : première course de la saison et premier bon résultat pour Gedimat

Le skipper de Gedimat est dans le coup ! Il vient de le prouver en terminant tout près du podium de la Solo Concarneau, sa première véritable compétition cette année. La course a été remportée par Charlie Dalin, devant Erwan Tabarly et Yann Eliès. Thierry Chabagny, lui, a réussi une très belle option stratégique pour revenir sur le groupe de tête.

Le skipper du Figaro Gedimat en a terminé ce samedi matin avec la Solo Concarneau-Trophée Guy Cotten, en prenant une belle 5e place. De bon augure pour les prochaines échéances, d’autant que l’arrivée était groupée, avec un Gedimat coupant la ligne d’arrivée à une poignée de minutes du 3e, Yann Elies. On constate d’ailleurs que tous les autres favoris ont eux aussi déjà montré leurs forces en trustant les dix premières places de cette course, partie jeudi après-midi et remportée ce matin pour la deuxième année consécutive par Charlie Dalin… devant Erwan Tabarly avec qui Thierry avait gagné la Transat AG2R La Mondiale l’an dernier. 

 

Après un peu moins de 48 heures de mer donc, Thierry Chabagny pouvait être satisfait d’avoir été dans le coup, en particulier lors de la journée de vendredi et la nuit dernière, où il est revenu très fort sur le groupe de tête alors qu’il avait pris un mauvais départ. Thierry a même réussi une belle option sous le vent et au large de la flotte entre Groix et l’estuaire de la Loire, où il fut de loin le plus rapide de la flotte ce qui lui a permis de revenir sur le groupe des meneurs.

 

Ce résultat gomme l’abandon prématuré sur avarie technique du skipper de Gedimat au départ de la course précédente (la Solo Normandie), qui est donc déjà de l’histoire ancienne. Cette Solo Concarneau disputée « à domicile » - Thierry Chabagny vit et s’entraîne à quelques kilomètres de Concaneau - a tenu ses promesses : vents faibles en journée, vents thermiques l’après-midi et vent de secteur Est à Nord-Est glacial la nuit… exactement comme ce qu’il avait prévu avant le départ. C’est d’ailleurs sa parfaite analyse météo qui lui a permis de tenter une option osée pour revenir dans le match des bateaux de tête.

 

Côté comptable, terminer 5e sur 37 marins solitaires en lice, dont tout le gratin de la classe Figaro Bénéteau et tous les prétendants à la victoire sur la Solitaire, est évidemment un très bon résultat. De ceux qui vous donnent de la confiance pour aborder sereinement les deux importantes épreuves à venir. Ce sera d’abord la Solo Maître CoQ qui se déroulera aux Sables d’Olonne à partir du 24 avril, puis évidemment l’objectif principal de la saison : la prestigieuse Solitaire URGO Le Figaro qui s’élancera de Bordeaux le 4 juin.

 

La réaction de Thierry Chabagny au ponton ce samedi matin :

«Premier point positif : cette fois je n’ai rien à reprocher au bateau. Tout a parfaitement fonctionné, vanne de ballast et pilote automatique compris. C’est rassurant de voir que Gedimat est prêt et opérationnel deux semaines avant la Solo Maître Coq. Deuxième motif de satisfaction : la course en elle-même a été très intéressante. Car je n’étais pas bien parti et au plus Nord du parcours, entre Molène et Ouessant, je devais être dans les vingtièmes… un coup à finir vraiment derrière ! Mais j’ai gardé confiance et j’ai tenté une stratégie osée car je savais qu’il y aurait deux épisodes de transition vraiment délicats. J’ai alors décidé d’être sous le vent de la flotte pour la redescente vers le Sud… Je suis donc parti tout seul au large et, toutes proportions gardées, j’ai réussi un peu une ‘Troussel’ (du nom du navigateur coutumier des grandes options isolées et très payantes en Figaro, ndr). Le vent est revenu du côté où je l’attendais et durant la journée d’hier vendredi, j’ai énormément repris de terrain sur toute la flotte pour me retrouver dans le paquet de devant, dans les cinq à six premiers. Une position que j’ai réussi à garder jusqu’à la fin. Tout n’est pas parfait, notamment parce que je n’ai pas encore les voiles neuves que j’utiliserai sur La Solitaire, mais on va dire que c’est vraiment bon pour le moral de réussir une option comme celle-ci. C’est un résultat très encourageant qui me donne de la confiance pour les courses à venir, à savoir la Solo Maître Coq dans quinze jours aux Sables d’Olonne, puis La Solitaire. Maintenant je vais aller m’écrouler pour dormir… ce que je n’ai pas fait depuis deux jours et deux nuits, c’était intense aussi physiquement cette régate !»

08/04/2017
Article suivant : « Thierry Chabagny : "Ça peut être marrant !" »