A mi-chemin, Gedimat investit dans le Sud

Alors qu’ils ont passé le cap de la mi-parcours, Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ont perdu une place au classement provisoire. Mais rien d’inquiétant : en fait, les deux marins de Gedimat protègent la route météo qui leur semble la plus favorable en investissant dans le Sud.

Thierry Chabagny le disait très nettement hier soir : « Les écarts en terme de distance au but ne m’intéressent pas énormément. Ce qui compte réellement c’est la route météo. » Erwan Tabarly précisait : « dans le Sud, il y a plus de chances d’avoir du vent un peu plus fort, donc on ne s’interdit pas d’y aller encore un peu plus ». La confirmation est intervenue dès la nuit dernière : Gedimat insiste dans le bas de la carte. En langage de régatier, il s’agit de protéger le côté qui paraît le plus payant à moyen et long terme, et tant pis s’il faut pour cela reculer au classement officiel à court terme. Pour le moment, les marins de Gedimat le font très bien. Ils investissent, conscients que le but du jeu n’est pas de conserver à tout prix la tête aux pointages intermédiaires… mais bien d’être si possible le premier bateau à couper la ligne d’arrivée à Saint-Barth !

Trois idées sur l’Atlantique

Crédit photo : Alexis Courcoux
Crédit photo : Alexis Courcoux

Gedimat est désormais à moins de 1900 milles de l’arrivée, au beau milieu de l’océan Atlantique, au-dessus des abysses (il y a plus de 5000 mètres de fond sous la quille). Côté stratégie, cet après-midi on constate que les bateaux de tête ne naviguent plus du tout à vue : de l’écart latéral s’est créé entre les trois bateaux du haut du classement, c’est à dire ceux qui ont le plus gagné en longitude vers l’Ouest : Cercle Vert tout au nord, Agir Recouvrement au milieu et Gedimat le plus au Sud.

Les dés ne sont pas encore tout à fait jetés… mais on en est très proche car n’importe lequel de ces trois bateaux qui voudrait rejoindre la latitude de l’autre serait fatalement obligé de lui concéder beaucoup de terrain pour cela. Un exemple : leader « virtuel » Cercle Vert a déjà perdu beaucoup et sa première place aux pointages ne tient plus qu’à un fil : 3 milles d’avance à 16h sur Agir Recouvrement contre 27 milles hier à la même heure ! Alors si Gedimat est pointé en 3e position 7,5 milles derrière le duo Hardy-Biarnes, n’oublions pas que c’est seulement parce que ce duo, pour le moment, ose moins jouer la carte du Sud que ne le font Thierry et Erwan. Gedimat est donc plus que jamais dans le match pour jouer le podium… et si possible la victoire à Saint Barth ! A ce jour, les quatre bateaux les mieux placés pour espérer une issue glorieuse à Gustavia sont donc Gedimat, Agir Recouvrement et leurs deux plus proches chasseurs : Bretagne-CMB Performance et Generali, ce duo de bateaux navigant une douzaine de milles derrière le tandem Chabagny-Tabarly. Sous spi dans l’alizé, ils foncent, conscients que contrairement à ce qu’on imagine, sous spi dans l’alizé ce n’est jamais réellement tout droit. Concentration maximum aux réglages et à la barre, sous la chaleur, la motivation est forcément énorme. Surtout quand on ne quitte pas la tête de course, où la concurrence est de très, très haut niveau.

Transat AG2R La Mondiale  //  15/04/2016
Article précédent : « Thierry Chabagny : "Tout peut se jouer le dernier jour" »  //  Article suivant : « Gedimat en éclaireur sudiste sur l'Atlantique »