Arrivée prévue dimanche à Saint Barth pour Gedimat

Thierry Chabagny et Christopher Pratt devraient arriver dimanche après-midi en heure locale à Saint Barthélemy, quelques heures après le probable vainqueur Cercle Vert. D'ici là, ils se battent pour grappiller des milles et si possible des places.

Christopher Pratt raconte la carte postale du jour : « il fait tout gris, avec une mer déglinguée, on se croirait presque en Bretagne Nord, on y rencontre le même problème d'algues ! La nuit dernière nous avons eu des rafales à 30 nœuds, maintenant c'est plutôt une vingtaine de nœuds, on avance bien vers le but, mais le vent est assez instable. Il y a une grosse houle croisée, c'est assez inconfortable et délicat à barrer. On fait de bons surfs mais il faut être vigilant".

« On ne lâche rien »

La grosse bagarre pour le podium qui fait rage depuis quelques jours se poursuit à 500 milles de l'arrivée que Christopher estime maintenant « pour dimanche après-midi en heure locale » (en soirée pour la France). Difficile d'espérer le podium désormais, sachant que Banque Populaire, actuellement classé 3e, a tout de même 16 milles d'avance sur Gedimat (8e) et que tous les autres bateaux ont ce même objectif, du 3e au 10e.  « la situation n'est pas nette, on s'est placé dans le sud depuis longtemps mais on n'arrive pas vraiment à faire du gain comme nous le souhaitions. Mais on reste rapide et on espère que le dernier empannage suffira pour rattraper quelques milles. A l'heure actuelle, notre position réelle est plus aux environs de la 5e ou 6e place, mais on ne lâche rien, on se bat et on verra bien ce que cela donnera à l'arrivée ! Au moins, nous n'aurons pas navigué comme des moutons de Panurge, nous aurons tout essayé. Après, c'est le jeu de la régate ».

A deux jours de la fin de cette Transat AG2R La Mondiale, il ne faut rien lâcher en effet pour espérer encore une belle place. L'ambiance à bord en tout cas est excellente : « on s'entend super bien avec Thierry, on écoute de la musique, on discute quand c'est possible, mais il y a du boulot car la conduite du bateau est exigeante dans ces conditions. Surtout qu'il fait très chaud, on est en tee-shirt même la nuit, mais nous sommes obligés d'avoir les cirés par-dessus car ça mouille beaucoup... On macère un peu je ne vous le cache pas! ».

La douche antillaise sera la bienvenue. Pour l'heure, il faut aller vite et gérer au mieux ces deux derniers jours de mer pour tenter de saluer la déjà très belle course de Gedimat par une jolie place. « On fait tout ce qu'il faut pour ça » assure Christopher Pratt.

Transat AG2R La Mondiale 2012  //  11/05/2012
Article précédent : « Gedimat, 6e de la Transat AG2R La Mondiale »  //  Article suivant : « Gedimat mise sur sa vitesse pour un final à suspense »