Au cap Finisterre, Gedimat fait le choix du large

Deux jours après le départ de Concarneau, Gedimat est toujours aux avant-postes de la Transat AG2R La Mondiale. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly ont décidé de passer à l'ouest du rail du cap Finisterre et naviguent à vue, sous spi, quasiment bord à bord avec quatre autres favoris.
Thierry Chabagny et Erwan Tabarly sur Gedimat
Thierry Chabagny et Erwan Tabarly sur Gedimat

Thierry Chabagny résume la situation à bord de Gedimat : "nous sommes sous spi dans 10 noeuds de vent de nord-est et sous le soleil. La mer s'est beaucoup calmée depuis hier soir et la navigation n'a plus rien à voir avec les 30 premières heures de course qui étaient inconfortables et très musclées. C'est beaucoup plus agréable maintenant et hier soir avec Erwan nous avons réussi à nous faire notre premier repas-chaud : un poulet-patates! Safran – Guy Cotten s'est un peu échappé, il a réussi à glisser un peu plus au sud, mais nous sommes globalement contents de notre début de course... On voudrait toujours mieux... mais ce n'est pas si mal pour l'instant".

Alors que la flotte approche de la pointe ouest de l'Espagne, la grande question du jour est le problème de la négociation du Dispositif de Séparation du Trafic du cap Finisterre. Ce DST ou "rail" de régulation du trafic marchand, comparable à celui de Ouessant, est un véritable obstacle dans l'axe de la route pour les Canaries. Faut-il le laisser sur sa droite en essayant de glisser au ras des côtes portugaises ou bien à l'inverse le contourner par le grand large? Six bateaux dont Gedimat sont partisans de l'option au large, les cinq autres semblent choisir l'autre option.

Thierry Chabagny confirme : "avec Erwan, nous avons fait notre choix et ce sera celui du large car nous pensons que c'est meilleur à moyen terme pour récupérer du vent plus tôt ensuite, dans l'ouest. La journée d'aujourd'hui va être sympa, avec du vent qui va monter, du soleil et de la stratégie sous spi, avec un petit jeu d'empannages. Nous avons du beau monde autour de nous : Generali, Bretagne Crédit Mutuel Performance, Interface Concept ou Skipper Macif... La concurrence est rude, mais ça donne une belle bagarre comme on les aime. Nous avons vraiment pris notre rythme maintenant avec Erwan, il n'y a rien de cassé sur le bateau et la course est très intéressante. On se concentre aussi sur la météo parce qu'on pense qu'une petite zone sans vent peut barrer la route de tout le monde d'ici deux jours..."

Transat AG2R La Mondiale  //  08/04/2014
Article précédent : « Erwan Tabarly : "on surfe sous spi, ça avance bien …" »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny : « les premières heures de course seront déterminantes» »