C’est parti pour l’ultime manche !

Après un pit-stop de moins de 24 heures, Thierry Chabagny prendra le départ de la dernière étape de la Solitaire, un aller-retour de 130 milles au départ de La Rochelle, en passant par les îles de Ré et d’Yeu. Coup de canon à 19h, arrivée prévue 24 heures plus tard, demain jeudi.
Après un temps de récupération très limité (les premiers coureurs ont bouclé la 3e étape hier midi, les derniers sont arrivés dans la soirée) et avec un petit parcours sous le thermique, cette dernière étape sous forme de sprint sera piégeuse et risquée à tout point de vue.

Dernières déclarations de Thierry avant d'appareiller

Crédit photo : Alexis Courcoux
Crédit photo : Alexis Courcoux

A propos de la récupération : « Je suis crevé, je m’endormais au briefing. La Solitaire c’est ça : tu navigues fatigué pendant un mois. On entre dans les dernières 24 heures, il ne faut pas rater les coups stratégiques de l’étape, ça va être assez pétoleux donc ça peut être soporifique. On est capable de se faire mal, de ne pas dormir pendant 24 heures, même dans l’état dans lequel on est, mais il va falloir lutter. »

A propos de la physionomie de l’étape : « Nous aurons peu de vent, maximum 15 nœuds au passage du pont de l’île de Ré, ensuite ce sera plutôt du 10/12 nœuds, puis une phase vraiment très molle demain entre 11h et 15h, on risque d’avoir des voiles faseillantes pendant 2 ou 3 heures. Ensuite le vent reviendra un peu avec la chaleur par effet thermique. »

 

A propos de la stratégie sur l’eau : « Ça peut jouer, on a encore 95 de coefficient de marée, donc il y a du courant. La flotte peut s’étirer un peu rien qu’entre le départ et le pont de l’île de Ré. Ensuite ce sera le petit train mais la phase de molle de demain midi va peut-être arrêter en premier ceux qui sont en tête de flotte, ça va peut-être regrouper un peu. Après quand ça repartira par devant ça risque d’étirer de nouveau la flotte. Malgré tout nous devrions tous finir dans le même vent et la même marée, donc même s’il y a un peu de distance il ne devrait pas y avoir trop d’écarts. »

A propos de Nicolas Lunven et Erwan Tabarly, ses concurrents directs au classement général : « Je ne vais pas me coller à Erwan c’est certain (Erwan est 2 minutes et 30 secondes derrière Thierry au classement général provisoire). Ça ne me paraît pas malin, si je suis à côté de lui, qu’il accélère et me colle 20 longueurs, il aura récupéré ses 2 minutes de retard. Concernant la troisième marche du podium, tout est possible sur le papier (Thierry est 4e, 22 minutes et 53 secondes derrière Nicolas Lunven, 3e). La zone de molle va être bien étendue. Tout est faisable. Dans un sens comme dans l’autre. Je pense que tous mes concurrents sont en mode « conservation » plus qu’en mode attaque. De mon côté, je préfère faire mon étape, une belle étape, prendre un bon départ, bien partir… Me faire plaisir aussi car c’est ma dernière course de la saison. »

Pour suivre la manche, un dispositif exceptionnel a été mis en place : dès 18h50 ce mercredi et ce jusqu’à l’arrivée jeudi, des images seront diffusées en direct toutes les heures ainsi que lors du passage de la marque au nord de l’île d’Yeu sur la page Facebook et sur le site internet officiel de la course.

Solitaire Bompard Le Figaro 2016  //  06/07/2016
Article précédent : « Thierry Chabagny, 5e de la dernière étape »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny deuxième à La Rochelle »