Dernière joute avant la Solitaire pour Thierry Chabagny

Après son podium en Normandie et sa 10e place aux Sables d’Olonne, le skipper de Gedimat enchaîne : comme tous ceux qui vont participer à La Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire à la fin du mois, il est en lice pour la Solo Concarneau-Trophée Guy Cotten. Le départ sera donné demain jeudi pour une boucle de 340 milles qui emmènera les 35 marins jusqu’à Ouessant au nord et l’île d’Yeu au sud. Arrivée prévue samedi dans la journée.

Cette dernière course avant le grand rendez-vous de la Solitaire est une compétition à domicile pour toi...
« Oui, c'est à la maison comme on dit. C'est forcément un peu particulier et en plus la Solo Concarneau est ma course d'apprentissage : c'est sur cette épreuve que j'ai fait mes débuts en 1997, j'avais terminé 2e à l'époque à bord d'un First 35 classé en HN, ça ne nous rajeunit pas ! Je l'ai courue très souvent, sauf les années où je participais à la Transat AG2R La Mondiale car le calendrier n'était alors pas compatible. Ceci dit, ça ne change pas grand-chose : c'est une course en Figaro Bénéteau avec tous les meilleurs, tous ceux qui seront là au départ de la Solitaire, Yann Eliès et les autres. »

Peux-tu nous expliquer brièvement le parcours ?
« Nous partons de Concarneau demain jeudi et on monte à travers l'archipel des Glénan, puis le raz de Sein jusqu'aux Pierres Vertes, au sud du Fromveur (le courant entre Ouessant et Molène, ndr). Ensuite on redescend vers le phare des Birvideaux ce qui nous obligera probablement à passer à l'Est de Belle-île. Là, cap sur l'île d'Yeu dont on doit faire le tour en la laissant à droite, ensuite on remonte jusqu'à Bénodet encore via les Glénan, puis arrivée à Concarneau. C'est assez long, 340 milles au total, comme une petite étape du Figaro. Enfin une demi-étape, parce que celles de la Solitaire sont très longues maintenant ! Pour l'instant, les routages estiment qu'il nous faudra environ 48 heures pour boucler ce parcours de cette Solo Concarneau, ce qui ferait donc une arrivée dans la journée de samedi. »

Côté météo ?
« Ce sera assez complet car on part sous régime anticyclonique mais entre deux dépressions. La mer risque d'être assez grosse et il y aura du courant important dans le raz de Sein, avec un coefficient de marée de 88. On part dans du Sud-Est d'une quinzaine de nœuds, donc plein vent arrière et il faudra probablement tirer des bords vent arrière sous spi pour monter à Ouessant en gardant de l'angle. Autrement dit on aura droit à un jeu d'empannages et de placements qui sera intéressant sur cette première partie de course. Pour redescendre, on aura logiquement du près. Après ce passage anticyclonique, le vent devrait repasser au Sud-Ouest assez fort, au moins 25 nœuds. Cette nouvelle dépression qui donnera du reaching assez musclé entre Belle-île et Yeu, sans doute dans les deux sens d'ailleurs. Des vrais ‘bords de sangliers' comme on dit. Sur ce tronçon ce sera surtout une course de vitesse. L'ensemble est donc assez complet ! »

L'objectif à bord de Gedimat ?
« Bien naviguer pour valider mon bon début de saison, après mon podium sur la Solo Basse Normandie (3e) et une place dans les 10 sur la Solo Maitre Coq. J'ai d'ailleurs terminé plusieurs fois sur le podium de cette Solo Concarneau mais je ne l'ai jamais gagnée… Ceci dit, il n'y a pas de pression de résultat sportif sur cette course qui fait partie du calendrier événementiel de la classe Figaro Bénéteau, mais pas du Championnat de France Elite de Course au Large en solitaire. Le principal intérêt est de se confronter aux autres une dernière fois avant le départ de la Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire. En plus, la Solitaire fait elle aussi étape à Concarneau cette année ; c'est donc l'occasion de réviser nos classiques, même si la plupart d'entre nous connait déjà très bien le coin. On part pour 48 heures de bagarre, deux nuits en mer, un beau terrain de jeu… Il y a moyen de se faire plaisir. »

Solo Concarneau  //  06/05/2015
Article précédent : « Gedimat, 6e de la Solo Concarneau »  //