Gedimat aux avant-postes après 48 heures de course !

Pour l’instant le « col hors catégorie » qu’est cette étape monstrueuse entre Concarneau et Dieppe via l’Angleterre réussit très bien au skipper de Gedimat. Auteur d’une magnifique « remontada », Thierry Chabagny est à la lutte en ce moment même pour la première place. Splendide, mais prudence... Car la route est encore longue.

A 10h ce jeudi 22 juin, Thierry Chabagny est à la lutte avec Alexis Loison pour le leadership de cette quatrième étape de la Solitaire URGO Le Figaro, à l’aplomb des côtes anglaises ! Cela parait incroyable, quand on se souvient que Gedimat avait pris un mauvais départ dans le petit temps breton, jusqu’à être classé 34e en baie d’Audierne et encore 30e dans le chenal du Four. Surtout, Thierry Chabagny faisait partie du deuxième groupe, à distance des leaders, quand la flotte a entamé sa première traversée de Manche. C’est un peu avant le milieu du « Channel » que Gedimat a embrayé pour une « remontada » fantastique en jouant une option très marquée dans l’Ouest pour anticiper l’arrivée du nouveau vent. Et c’était une sacrément bonne idée ! Car depuis hier midi, Gedimat n’a pas cessé de reprendre des places, à un rythme très spectaculaire : 30 de mieux en 100 milles nautiques jusqu’à virer le phare de Wolf Rock, à la pointe Sud-Ouest de l’Angleterre, en 4e position. Rare et magnifique !

 

30 places gagnées en 100 milles !

 

Depuis, Thierry Chabagny semble survolté. Il est souvent pour quelques dixièmes de nœuds le plus rapide de la flotte et flirte non seulement avec le podium provisoire, mais aussi tout simplement avec la première place qu’il convoite en ce moment-même. Le moins qu’on puisse dire est qu’il a parfaitement réussi sa remontée fantastique. Il doit jubiler d’être ainsi à la lutte pour la gagne avec les meilleurs sous les côtes anglaises. « Quand tu es devant, tu sens moins la fatigue » confiait-il avant le départ de cette étape monstrueuse (505 milles) qui a déjà vu les concurrents batailler dans quasiment toutes les conditions, de l’absence de vent jusqu’au medium soutenu - jusqu’à 20 nœuds la nuit dernière- et des transitions vraiment pas simples à négocier. 

Prudence toutefois, Thierry n’est pas du genre à vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Il sait pertinemment qu’avec encore 180 milles à couvrir d’ici l’arrivée à Dieppe, via Owers puis une bouée au Havre et de nouveaux changements de vent prévus, tout peut encore arriver : le meilleur comme le pire. Reste qu’il navigue avec les cadors des avant-postes et que la bataille est superbe à différentes latitudes de la Manche. Car chacun cherche à se positionner pour jouer au mieux avec le courant et pour anticiper une énième rotation du vent, qui devrait passer du Sud-Ouest au Nord-Ouest via le secteur Ouest. « Il faut jeter ses dernières forces dans la bataille » avait prévenu Thierry Chabagny avant le départ de Concarneau, et c’est très exactement ce qu’il fait. Quel que soit le résultat final à Dieppe, on n’aura pas grand-chose à lui reprocher sur cette étape, tant il en est un des grands animateurs... avec le leader au général Nicolas Lunven, lui aussi revenu des profondeurs du classement jusqu’aux avant-postes. Pour le moment c’est vraiment beau à observer ce qui se passe sur cette quatrième et dernière étape...

22/06/2017
Article précédent : « Thierry Chabagny sur le podium à Dieppe ! »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny : « Là, il y a un peu de boulot... » »