Gedimat dans le trio de tête sur la route nord

En tête à la porte de La Palma dimanche, les marins de Gedimat et les autres duos de de la Transat AG2R La Mondiale ont du faire un choix crucial : tenter le sud pour aller chercher les alizés profonds ou bien partir dans le nord-ouest, plus près de la route directe. Erwan Tabarly et Thierry Chabagny ont choisi cette deuxième solution et ils sont classés troisièmes ce midi.

Erwan Tabarly fait le point à la fin de ce 9e jour de course de la Transat AG2R, pendant que Thierry Chabagny barre Gedimat, au près sur la route nord. "Tout va bien pour nous, on est très motivés avec Thierry. Nous avons passé une nuit magnifique sous la lune : on y voyait comme en plein jour ! Il y a dix noeuds de vent d'ouest et nous tirons des bords de près agréables sur une mer tranquille. Juste devant nous, on voit les bateaux de Jean Le Cam et de Kito de Pavant. Nous sommes revenus sur eux pendant la nuit et ce sont de bons lièvres. On est à fond, c'est très motivant de tenter de les rattraper! L'idée est d'essayer d'être en tête des bateaux de l'option nord… car si c'est celle-là qui passe on ne sera pas loin du compte ; mais ça on ne le saura pas avant au moins une semaine!"

La porte des Canaries s'est transformée en une véritable séparation de trafic sur la Transat AG2R La Mondiale ; une bulle sans vent barre la route et il fallait donc choisir entre le nord et le sud en sachant que ce choix était définitif : les bateaux des deux options ne se reverront maintenant qu'en approche des Antilles. Les dés sont jetés et il y a désormais deux courses dans la course. Cinq bateaux dont Gedimat font le pari de la route nord. Les neuf autres ont plongé vers le sud et l'écart est déjà énorme entre les deux idées, environ 250 milles. Erwan explique : "Un orage nous a empêché de faire la route sud que nous envisagions avant le passage à La Palma, car on n'a pas touché le vent que nous attendions pour y aller dans de bonnes conditions ; donc nous avons décidé de jouer le nord. Maintenant on assume complètement et nous sommes contents d'être là avec Thierry, on joue cette carte à fond ! On a fait tourner des simulations et c'est impossible aujourd'hui de savoir qui va ressortir devant dans une semaine, entre le nord et le sud. Nous faisons une route plus directe donc au début ça va nous faire gagner du temps par rapport aux autres… et on pense qu'ils devraient un peu galérer pour descendre. C'est la course, on verra bien le résultat ! "

D'ici trois à quatre jours, Gedimat devrait retrouver du vent portant. "Il va se passer des choses pendant ces trois jours : on va aller chercher une bascule sous une petite dépression qui va nous amener une rotation du vent au nord-nord-ouest, et là on peut toucher 20 à 25 noeuds de vent, ce qui serait intéressant. Tout va très bien à bord, on s'entend parfaitement avec Thierry… et on se dit qu'on se bat contre du beau monde : autour de nous sur la même option on a tout de même Kito de Pavant, Jean Le Cam et Michel Desjoyeaux… trois vainqueurs de la Solitaire du Figaro, trois vainqueurs de la Transat AG2R et le double vainqueur du Vendée Globe ! La concurrence est sévère dans le coin, mais c'est aussi ce qu'on aime ! Et puis la mer est belle, calme, le bateau ne tape pas, j'ai vu une magnifique grande tortue… il y a du soleil et on commence à enlever des couches de polaires… Ce n'est pas désagréable ! Maintenant il y a du travail : il faut barrer le plus souvent possible pour suivre chaque oscillation du vent et revenir sur les deux premiers. "

Transat AG2R La Mondiale  //  15/04/2014
Article précédent : « Gedimat remonte à la deuxième place »  //  Article suivant : « Gedimat passe en tête la porte des Canaries ! »