Gedimat deuxième au milieu du golfe de Gascogne !

Thierry Chabagny s’est parfaitement sorti des premiers pièges de l’étape inaugurale de La Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire 2015 entre Pauillac et Sanxenxo (Espagne). Quarante heures après le coup de canon du départ bordelais, Gedimat s’est hissé en deuxième position de la flotte… intercalé entre le champion de France Charlie Dalin et le grand favori Yann Eliès. Joli !

Thierry Chabagny nous avait expliqué vingt-quatre heures avant le départ que l’entame de cette première étape de La Solitaire serait périlleuse. Il disait même : « on ne peut sans doute pas gagner cette Solitaire dans les premières heures de course… mais par contre on peut parfaitement la perdre ! ». Il pensait alors à la remontée de la Gironde et aux premières heures de large. Et bien aujourd’hui mardi, quarante heures après le départ de Pauillac, on peut déjà dire que le skipper de Gedimat s’est sorti de manière idéale des premiers pièges : au pointage de 8h30 ce matin, Thierry Chabagny émarge en deuxième position… Et il est en très bonne compagnie puisqu’il est localisé au beau milieu du golfe de Gascogne à 0,4 mille du leader qui n’est autre que le champion de France en titre de Course au large : Charlie Dalin. Gedimat, qui avance à un peu plus de 6 nœuds ce matin, est aussi juste devant Yann Eliès… le grand favori de cette édition 2015.
 

Très serré en tête

Ce classement peut évoluer assez rapidement – en positif comme en négatif – car c’est très, très serré en tête. A ce même pointage de 8h30, les sept premiers bateaux tiennent en 0,7 mille nautique… soit à peine plus d’un kilomètre terrien. Dans ce ‘hall of fame’, on ne retrouve que des ténors du circuit Figaro Bénéteau, tous prétendants à une victoire cette année. En plus de Thierry Chabagny, Yann Eliès et Charlie Dalin, il y a là aussi, tout près : Jérémie Beyou, Xavier Macaire, Alexis Loison et Gildas Morvan. Que du très, très haut niveau !

Il faut noter également que ce groupe des leaders, proche de la route directe, est en concurrence avec une autre idée stratégique, celle d’un petit groupe de bateau qui évolue un peu moins de 30 milles dans leur nord. Là, on trouve trois autres gros bras du Figaro, à savoir Gildas Mahé, Corentin Horeau et Adrien Hardy. Eux font le pari d’une route plus longue mais d’une bascule du vent au nord-ouest qui pourrait leur permettre d’envoyer les spis en premier. Ce n’est que de la théorie et il est évidemment beaucoup trop tôt pour savoir qui aura raison alors qu’il reste plus de 250 milles à couvrir. L’entame de cette étape ayant été bien lente, avec notamment un long épisode sans vent avec les bateaux à l’arrêt pendant plusieurs heures hier lundi. Cette étape pourrait d’ailleurs traîner en longueur car une nouvelle zone sans vent barre la route de la flotte dès aujourd’hui ! Gedimat et les autres risquent fort de passer de nouveaux moments difficiles dès ce mardi, cherchant la moindre risée pour progresser vers l’ouest. Il est peu probable qu’ils puissent descendre le long du Portugal avant demain mercredi, dans un vent qui devrait avoir enfin basculé au secteur nord portant. Autrement dit l’arrivée à Sanxenxo n’interviendra sans doute pas avant la nuit de mercredi à jeudi.

Patience et prudence donc, mais le moins que l’on puisse dire est que pour le moment Thierry Chabagny mène parfaitement sa « barque ». Bien calé aux avant-postes, le skipper de Gedimat gère sa course avec les meilleurs. Au départ déjà, on l’avait senti dans de bonnes dispositions, puisqu’il faisait partie du petit groupe de 10 bateaux qui avait réussi à prendre de l’avance dans la descente de la Gironde, dans le sillage d’un Alexis Loison survolté. Thierry n’a fait que confirmer ensuite, passant de la dixième à la deuxième place. C’est bien parti donc, même s’il faut se garder de l’euphorie : avec le peu d’écart en tête et un vent de sud-ouest instable, Gedimat peut à peu près visiter chacune des dix premières places aujourd’hui. Reste qu’il ne faut pas bouder son plaisir : ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve en position de dauphin de la plus dure des classiques en solitaire !
 

Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire  //  02/06/2015
Article précédent : « Gedimat leader en Espagne ! »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny : « une première étape en trois séquences» »