Gedimat en patron au cœur du Cap Vert

Jamais cette course n’était descendue aussi Sud et jamais la flotte n’était passée au cœur de l’archipel du Cap Vert, entre les îles. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly défendent de belle manière leur leadership, alors que les attaques fusent.
Crédit photo : Alexis Courcoux
Crédit photo : Alexis Courcoux

Gedimat est toujours en tête de la Transat AG2R La Mondiale ce mercredi midi à 12h et ce n’est pas un mince exploit car comme on pouvait s’y attendre, comme Thierry et Erwan s’y attendaient d’ailleurs, les attaques se multiplient : avec évidemment l’éternel duo Hardy-Biarnes (Agir Recouvrement) qui est le plus proche de Gedimat. Ils naviguent tous les deux à vue, sous le vent de l’île Sao Nicolau. Mais il y a aussi les options plus sudistes de Generali et Bretagne-CMB Performance, non payantes pour le moment mais qui peuvent l’être éventuellement à plus ou moins long terme. Sans oublier Gildas Morvan et Alexis Loison, à bord de Cercle Vert, qui sont eux beaucoup plus au nord, au point qu’ils ont encore la possibilité d’essayer de « couper le fromage » en passant carrément au vent de l’archipel du Cap Vert, sans slalomer entre les îles. Sur une route plus courte vers le but et plus proche de la route directe, Cercle Vert pourrait d’ailleurs fort bien s’emparer au moins momentanément des commandes de la course. Mais conserveront-ils assez de vent à moyen terme ?

C’est le jeu passionnant de la régate au grand large, avec un suspense qui risque fort de s’installer pour longtemps. Car si chacun sait désormais que le salut est au sud… toute la question est de trouver le bon dosage dans cette idée encore trop générale. En gros, il s’agit de savoir quel nombre de milles on est prêt à investir maintenant – et donc potentiellement reculer au classement général – pour tirer les bénéfices de cet investissement lors de la dernière semaine de course. C’est toujours la même quadrature du cercle : rallonger la route pour aller plus vite, d’accord… mais pas trop non plus !
 

Crédit photo : Alexis Courcoux
Crédit photo : Alexis Courcoux

Voilà ce qui occupe l’esprit des marins de Gedimat aujourd’hui, alors qu’ils sont à la fois en combat rapproché avec Agir Recouvrement et en lutte à distance avec les quatre autres bateaux qui peuvent encore venir chambouler le classement. La vie est bien plus agréable à bord, dans un vent de secteur nord-est encore soutenu, sous spi, bateau à plat et avec des températures de l’air et de l’eau qui désormais chaudes et agréables. « C’est clair que ça change tout » confiait Thierry Chabagny hier soir, « la vie est tout de même plus confortable et plus agréable que dans le gros temps de la semaine dernière ». Concentration maximum sur la route des alizés car « il y a beaucoup de petits empannages, de petits recadrages à bien penser. Les autres vont fatalement attaquer sur des trajectoires différentes, ils ne vont pas accepter de rester dans notre axe. C’est normal. C’est le jeu ! » Un jeu passionnant à suivre depuis maintenant dix jours. Avec un équipage de Gedimat décidément en très grande forme.

Transat AG2R La Mondiale  //  13/04/2016
Article précédent : « Gedimat en éclaireur sudiste sur l'Atlantique »  //  Article suivant : « Le duo Chabagny - Tabarly en tête de la Transat »