Gedimat leader en Espagne !

Thierry Chabagny est en grande forme. Après la troisième nuit en mer le skipper de Gedimat a pris les commandes de la Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire d’une courte étrave, ce matin à 6h30. C’est très serré dans le groupe de tête où quatre bateaux tiennent en un demi mille !

« Je ne suis pas mal pour l’instant, je me suis bien repositionné en tête de flotte et c’est motivant pour la suite » expliquait hier midi Thierry Chabagny. Et bien c’est encore mieux que ça ce matin : Gedimat a pris les commandes de la Solitaire du Figaro au pointage de 6h30 aujourd’hui mercredi ! Thierry Chabagny a donc parfaitement négocié les oscillations du vent et les changements de conditions incessants depuis le départ où la flotte a alterné la pénurie de vent avec des conditions parfois musclées… jusqu’à 30 nœuds et une grosse houle.

Ce matin, au cap Ortegal, Gedimat est donc en pointe du groupe des sept bateaux de tête, très proches les uns des autres. A 130 milles de l’arrivée à Sanxenxo (qui interviendra soit la nuit prochaine soit demain jeudi, suivant les conditions de vent à l’arrivée), la bataille fait rage entre Thierry Chabagny et six autres grosses pointures du Figaro : les grands favoris Yann Eliès et Jérémie Beyou, le champion de France en titre Charlie Dalin, et les habitués du podium que sont le sudiste Xavier Macaire, le Cherbourgeois Alexis Loison et le géant breton Gildas Morvan. Si près des côtes espagnoles qu’ils peuvent probablement les apercevoir, ceux-là se rendent coup pour coup et il est à prévoir qu’ils s’échangent les rôles assez régulièrement, tout particulièrement entre les quatre de tête à savoir Thierry Chabagny, Yann Eliès, Charlie Dalin et Xavier Macaire. Autre problématique : celle des partisans d’une route nord, à savoir le groupe emmené par Gildas Mahé, Corentin Horeau et Adrien Hardy. Si l’après-midi d’hier et la nuit ne leur a pas été favorable, ils sont ce matin plus rapide d’environ deux nœuds que les leaders du groupe Gedimat, au sud. D’un côté ils sont 25 milles plus au nord et il faudra refaire ce décalage, mais de l’autre ils vont plus vite. Qui aura raison à la fin ? C’est une des questions du jour.
 

Danger au cap Finisterre

L’autre dossier du moment est le passage du fameux cap Finisterre, la pointe nord-ouest de l’Espagne, qui devrait intervenir dès ce midi pour les leaders. On y attend un renforcement très significatif du vent de nord-est, avec une prévision de 30 à 35 nœuds et une mer très formée. A tel point que la Direction de course a imposé le port de la brassière de sécurité aux skippers à partir de midi, une décision rarissime sur La Solitaire. A bord de Gedimat et des autres Figaros Bénéteau 2 on se prépare donc à « la guerre », alors que les organismes sont déjà bien éprouvés par trois jours et trois nuits de mer où les possibilités de dormir ont été rares. Prudence ! Ensuite, ce sera les 100 derniers milles vers l’arrivée à Sanxenxo… où l’on craint fort que le vent ne s’évanouisse complètement pour les derniers milles avant la ligne ! Bref, rien n’est joué encore sur cette première étape décidément très complexe. Reste du très positif pour les supporters de Thierry Chabagny : Gedimat est plus que jamais dans le match pour la gagne. C’est motivant comme dit Thierry, même s’il faudra encore attendre jusqu’à cette nuit voire demain matin pour avoir la liste des dix premiers, ceux qui auront préservé l’intégralité de leurs chances pour les trois étapes suivantes. A 8h30, Thierry est toujours en tête, les quatre premiers tiennent en un demi mille. Quelques dizaines de mètres. Quelle belle bagarre !

Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire  //  03/06/2015
Article précédent : « Thierry Chabagny (Gedimat) remporte la première étape à Sanxenxo »  //  Article suivant : « Gedimat deuxième au milieu du golfe de Gascogne ! »