Solitaire URGO Le Figaro 2017 : C'est parti pour la première étape !

Sous un soleil voilé et dans de tout petits airs qui ont forcé la direction de course à supprimer le parcours côtier prévu devant Pauillac et à retarder le départ, Thierry Chabagny et son Figaro Gedimat se sont élancés ce dimanche 4 juin à 16h30 pour la première étape de la Solitaire URGO Le Figaro longue de 420 milles. Après un rappel général, les 43 concurrents sont repassés devant le port de Pauillac pour saluer le public venu nombreux pour les encourager avant de prendre la direction de l’estuaire de la Gironde.
Hier la direction de course avait pris la décision de changer le parcours en raison de très grosses conditions de vent attendues dans la Chaussée de Sein. Désormais les Figaros Bénéteau font route vers ATT Arcachon, bouée devant Arcachon avant de virer Rochebonne Sud-Est au large de La Rochelle pour ensuite rejoindre Gijon (Espagne).

Thierry s’exprimait avant de quitter le ponton : 

 

« Après la sortie de la Gironde qui s’annonce déjà un peu technique car il n’y a pas beaucoup d’air, nous allons descendre vers Arcachon au lieu de monter jusqu’à la Chaussée de Sein puis nous remonterons jusqu’au plateau de Rochebonne au large de La Rochelle pour ensuite redescendre vers Gijon. Le parcours est un petit peu plus court et surtout moins Nord car la dépression qui passe en Angleterre engendrait beaucoup de vent et surtout une mer forte. Néanmoins nous allons quand même prendre du vent fort autour de 30/35 nœuds au passage du front froid de la dépression avec des rafales à 40/45 nœuds. Ce passage sera rapide mais costaud ! 

Je me sens bien, je suis content d’y aller. Après il y a toujours de l’appréhension sur ce genre d’étape, tu sais qu’il faut se poser les bonnes questions tout le temps, il faut être vigilant dans ces conditions, garder un œil sur le bateau en permanence, anticiper les manœuvres, faire attention à soi, faire les changements de voile au bon moment tout ça en restant safe mais en étant aussi à l’attaque parce que c’est une course. Il faut trouver le bon dosage entre la prise de risque et la régate. Quand tu prends le départ d’une course comme ça, tu te fais tout le déroulé de la course dans la tête et avec ce petit point dur de vent fort tu cogites forcément un peu là-dessus. Tu essaies de planifier les moments où tu vas préparer ta nouvelle voile, affaler ton spi, régler telle ou telle chose parce qu’après tu ne pourras pas le faire. Bref ça mouline et c’est maintenant qu’il faut le faire parce qu’une fois que le départ sera lancé dans la Gironde nous aurons d’autres chats à fouetter que de penser à la suite. Il faudra d’abord s’extirper de la Gironde et c’est déjà un gros dossier parce qu’on est 43 bateaux dans un petit périmètre, il y a du courant et déjà beaucoup à perdre, il faudra être dessus d’entrée.

Une fois que nous serons sorti de la Gironde, nous pourrons envoyer le spi vers Arcachon, on sera un peu plus tranquille… En espérant que la première partie du parcours se soit bien passée.

Pour l’instant les zones où nous pourrons dormir ne sont pas très bien définies si ce n’est la descente vers l’Espagne, mais vraiment proche de l’Espagne. Jusqu’au milieu du Golfe de Gascogne il y a du vent fort, il va donc falloir aider le bateau à naviguer.

L’arrivée aura probablement lieu dans la nuit de mardi à mercredi, avec du vent très faible sur la zone de Gijon à cause d’une dorsale qui remonte un peu. Il faudra essayer d’avancer vers la ligne d’arrivée coûte que coûte, la fin va être très importante. Il faut garder espoir jusqu’au bout parce que je pense que même si tu n’es pas bien parti il ne faut rien lâcher vue la physionomie de l’arrivée. »

 

 

 

Pour suivre la course

 

-       Tous les jours, 5 classements officiels seront diffusés : 5h / 8h / 11h / 15h / 19h. 

-       Sur la cartographie, un positionnement toutes les 5 minutes sera établi 24h/24h.

-       Vacations tous les jours à 5h et 11h, disponibles sur le site internet de la course.

 

 

 

04/06/2017
Article précédent : « Solitaire URGO Le Figaro 2017 - Etape 1 : Déception pour Thierry Chabagny »  //  Article suivant : « Etape 1 - Pauillac/Gijon : « A priori beaucoup de près au menu » »