Solitaire URGO Le Figaro : Une très bonne note pour finir  

Sur le podium (3e) et Prix de la Combativité de la dernière étape entre Concarneau et Dieppe, via l’Angleterre. Voilà de très belles récompenses pour le skipper de Gedimat après une incroyable remontée de flotte sur la première traversée de la Manche et une bagarre finale très dure pour conserver sa place sur le podium d’étape… contre le vainqueur du classement général, Nicolas Lunven. Thierry raconte cette incroyable manche et fait le bilan de sa Solitaire.

Cette dernière étape a été incroyable, à la fois passionnante et très difficile…
« C’était vraiment une étape marathon. Nous avons passé quatre nuits entières en mer. Comme prévu c’était vraiment le gros morceau de cette Solitaire ! Nous sommes partis dans du petit temps, et dans la pétole les écarts se font et se défont, mais une fois que le vent rentre, ils ont tendance à se figer. Je n’avais pas pris un si mauvais départ mais en baie d’Audierne c’était un peu catastrophique pour moi car j‘y suis entré en pensant trouver du vent de Nord-Est alors qu’en fait j’ai eu du Sud-Ouest ! Résultat, je me suis retrouvé vraiment dans les profondeurs du classement, aux environs de la 35e place. J’avais 8 milles de retard sur le premier. Mais je ne me suis pas démobilisé car je savais aussi qu’il pouvait y avoir des coups à jouer et qu’à l’entrée du chenal du Four les premiers allaient subir le courant contraire. C’est ce qui s’est passé, mais ça ne suffisait pas à leur reprendre les 8 milles… Plusieurs pannes de vent,« des arrêts-buffet », m’ont permis de revenir un peu. Notamment dans le chenal du Four où la flotte était carrément arrêtée et où on commençait à dériver dans les cailloux ! Mais j’ai réussi à me sortir de tout ça, à commencer à reprendre quelques bateaux et à m’attaquer à la traversée de la Manche en étant revenu aux environs de la 24e place. »

 

Et c’est là que tu joues un gros coup météo… 
« Oui, là je fais un peu de météo, je cherche la bonne stratégie et pour moi, très vite, la seule issue était par l’Ouest. J’étais persuadé que le vent reviendrait de ce côté. Alors je me suis décalé dans l’Ouest très rapidement et ça a bien marché car quelques heures plus tard le paquet de tête était arrêté, le vent était tombé et quand il est revenu les meneurs étaient par mon travers. Mon décalage avait super bien fonctionné…  J’étais donc très content à Wolf Rock où je passe quatrième ! C’est rare de passer comme ça du ‘fond du bus’ à la possibilité d’être dans le match pour la gagne. Ensuite ça a été un long bord de portant jusqu’à Owers avec du vent qui se promenait entre le Sud-Ouest et l’Ouest. Le passage de front qu’on nous avait annoncé n’a pas eu lieu et ceux qui ont joué les oscillations du vent et les bascules de courant s’en sont mieux sortis. A Owers on affale le spi et on repart sous génois. Je passe la bouée en 2e position derrière Alexis Loison et avec Sébastien Simon. Pour la deuxième traversée de Manche il y avait plusieurs choix possibles, le mien n’est pas optimum et finalement je passe 4e à Antifer. »

 

Mais visiblement tu ne voulais pas de la quatrième place ! 
« Non ! J’avais déjà fait quatrième sur la manche précédente et je voulais arracher ce podium coûte que coûte ! Il fallait se battre jusqu’au bout et j’ai fait ce qu’il fallait faire en prenant l’option de jouer le courant à la côte, et c’est effectivement mieux passé. Les dernières centaines de mètres étaient très tendues car j’avais Nicolas Lunven (le grand vainqueur du classement général / Ndr) qui attaquait très fort juste derrière moi. J’ai réussi à le contenir mais c’était très chaud ! Nico a tout fait pour essayer de me doubler, mais heureusement j’ai réussi à le garder derrière. On en a parlé ensemble après l’arrivée. Moi je ne voulais pas refaire 4e, je le voulais aussi ce podium !

 

Tu as reçu le prix de la combativité. On imagine que ça fait plaisir aussi, non ?
« Je l’ai découvert sur le podium, c’est sympa, car ça veut dire que ma remontée a été remarquée par le jury ! Ce n’est pas tous les jours que tu entames une course 34e et que tu finis sur le podium, 31 échelons plus haut. Les marins avec qui j’étais en queue de flotte à Portsall ont un peu halluciné, ils m’ont demandé ‘mais comment t’as fait ? (rires) ’ Et ça aussi, ça fait plaisir.

 

Ton bilan de cette Solitaire ?
 « Il est très simple à faire avec deux étapes où je subis de grosses avaries et les deux autres où je me classe 4e et 3e…  Sans les avaries sur les deux premières étapes – ma grand-voile sur la première manche surtout -  je pense honnêtement que je finis dans les cinq premiers au classement général. Je dis ça sans orgueil et sans fausse modestie, juste d’un point de vue mathématique. J’ai pris une grosse claque sur la première étape, mais j’ai réussi à me mobiliser et à continuer à bien naviguer. Et puis c’est toujours mieux de finir sur une bonne note comme celle-ci. Car cette dernière manche était un gros combat, avec des rebondissements permanents. Je suis vraiment content de l’avoir bien réussie et d’être récompensé au final par ce podium. »

26/06/2017
Article suivant : « Thierry Chabagny sur le podium à Dieppe ! »