Solo Maître CoQ 2017 : un mini Championnat intéressant pour Thierry Chabagny

La Solo Maître CoQ a changé de dimension en devenant épreuve officielle du Championnat de France : elle se court désormais sur une semaine entière, au départ des Sables d’Olonne, et comprend deux jours de parcours côtiers avant la traditionnelle grande course au large de 350 milles. Pour le skipper de Gedimat, c’est l’ultime occasion de se jauger avant la Solitaire URGO Le Figaro, objectif principal de sa saison.

Thierry, cette Solo Maître Coq t’a souvent réussi puisque tu as déjà terminé deux fois sur le podium, en 2013 et 2015. Les deux fois derrière un marin qui allait ensuite s’illustrer sur le Vendée Globe d’ailleurs…

« Oui, sur cette course il ne me manque que la victoire (rires) ! En 2013 je suis en tête, je dors seulement 20 minutes au mauvais moment et Morgan Lagravière en profite pour me doubler mais j’arrive à finir deuxième devant Yann Eliès. En 2015, c’est Jérémie Beyou qui gagne et je termine troisième. C’est sûr qu’il me manque une marche sur le podium et que ça me plairait bien de la gagner, mais l’important c’est surtout de préparer la Solitaire. Ce qui se fera essentiellement lors de la grande course de 350 milles qui part jeudi prochain des Sables d’Olonne. »

 

Le format de la course a changé avec d’abord deux jours de parcours côtiers lundi et mardi prochain 24 et 25 avril.

« Oui, la Solo Maître CoQ a changé depuis qu’elle est devenue épreuve du Championnat de France. Avant donc, il n’y avait que cette grande course comparable à une étape de La Solitaire. Maintenant, cette grande course de 350 milles demeure, mais elle est effectivement précédée par deux jours de régates en côtier lundi et mardi devant Les Sables. Ce sont de petites courses dont le parcours est compris entre 10 et 30 milles nautiques et chacune a un coefficient en fonction de sa longueur. »

 

Une formule de mini-championnat additionnant des courses aux points donc…

« Oui, si la manche est inférieure à 20 milles elle est dotée d’un coefficient 1, d’un coefficient 1,5 si elle dépasse ces 20 milles et la grande course bénéficie d’un coefficient 3. C’est celle-ci, la grande, qui m’intéresse le plus. Pas tellement en termes comptables mais parce que c’est celle qui prépare le mieux à La Solitaire car il y a des portions longues, on passe deux nuits en mer et c’est le bon format pour vérifier que tout va bien côté vitesse, côté pilote automatique, ou encore qu’on vit bien à bord et qu’on est performant par rapport aux autres. Tous les ténors de la classe sont là, tous ceux qui veulent performer sur la Solitaire. Donc ce sera forcément intéressant d’aller virer l’île de Ré, puis de remonter vers Belle-île, de redescendre aux Sables et à nouveau vers Ré (on passe deux fois sous le pont) avant de revenir vers la Vendée. Et on devrait avoir de belles conditions météo… »

 

Météo : beau temps en vue

 

C’est-à-dire ? 

« A priori, on aura du beau temps dans un régime anticyclonique, avec du vent de secteur Nord-Est modéré lundi et mardi pour les petits côtiers et peut-être du vent thermique l’après-midi. Probablement plus de vent soutenu, peut-être 20 nœuds, pour le départ de la grande course. Mais rien de bien méchant comparé à une édition où je me souviens avoir navigué dans 40 à 45 nœuds de vent ! C’est encore un peu tôt pour se faire une idée précise de la météo, mais on se dirige vers des conditions similaires à celles que nous avons rencontrées sur la Solo Concarneau… »

 

Une Solo Concarneau qui s’est d’ailleurs bien passée pour toi et Gedimat, avec une belle place de 5e à l’arrivée.

« Oui, mais au prix d’une attaque très marquée pour revenir devant au seul moment où c’était possible, alors que j’avais pris un mauvais départ. Là, si je peux souhaiter quelque chose, ce serait de batailler dans le groupe de l’avant dès le début et tenter de faire toute la course dans le bon paquet sans être obligé de tenter une grande option comme celle de la Solo Concarneau. On verra bien, mais c’est la dernière épreuve avant La Solitaire et c’est important d’y emmagasiner de la confiance. On est en phase de montée en puissance.»

 

Deux derniers détails : auras-tu des voiles neuves pour cette Solo Maître Coq et pourras-tu t’entraîner avec le Pôle Finistère Course Au Large cette semaine aux Sables ?

« J’aurai les mêmes voiles que pour la Solo Concarneau, je n’aurai le jeu de voiles neuves complet que pour La Solitaire, comme chaque année. Je pars en convoyage ce mardi et je pense que j’irai m’entraîner au moins une journée cette semaine avec les collègues de Port-la-Forêt, c’est toujours bien avant le départ d’une course de tirer quelques bords sur place. »

 

Solo Maître Coq, le programme en bref : lundi et mardi 24 et 25 avril régates côtières à la journée devant Les Sables d’Olonne / mercredi 26 : jour de repos / jeudi 27 départ de la grande course de 350 milles à 12h00 / samedi 29 : arrivée de la grande course / dimanche 30 : Remise des prix.

19/04/2017
Article précédent : « Solo Maître CoQ 2017 : "Je me sens de mieux en mieux" »  //