Thierry Chabagny à l’assaut du Trophée Jules Verne à bord du Maxi Spindrift 2

C’est officiel, Thierry Chabagny fera partie des 12 hommes qui partiront cet hiver à la conquête du Trophée Jules Verne à bord du Maxi Spindrift 2. Le skipper de Gedimat, Figariste accompli et réputé, remet donc le couvert, après avoir battu ce même record en 2012 à bord de Banque Populaire au côté de Loïck Peyron. Début du stand-by le lundi 6 novembre.
© Chris Schmid/Spindrift racing
© Chris Schmid/Spindrift racing

5 ans après l’avoir remporté avec Banque Populaire, te voilà de nouveau à l’assaut du Trophée Jules Verne, cette fois-ci à bord du Maxi Spindrift 2. Qu’est-ce qui te motive dans ce record ?

« C'est le plus beau des records sur le plus beau des parcours que l'on puisse faire à la voile. Mais c'est aussi le plus long et sans doute le plus dur pour les hommes et la machine, en l’occurrence un trimaran de 40 mètres construit spécialement pour battre des records en équipage ! Enfin Francis Joyon et son équipe ont placé la barre très haut l'année dernière avec un chrono de 40 jours et 23 heures. Tout ça, avec en bonus un passage au Cap Horn fait que c'est très motivant d'y retourner. »

 

Vous serez un peu moins nombreux à bord (12 en 2017 contre 14 en 2011), qu’est-ce que cela change ?

« Fondamentalement pas grand-chose. Le roulement des quarts sera plus fréquent, donc il y aura un peu plus de boulot pour chacun d'entre nous. Yann Guichard et Erwan Israël respectivement skipper et navigateur seront hors quart. Ce sera forcément un peu plus exigeant pour tout le monde. Le but est évidemment de gagner du poids pour aller plus vite, sachant qu'un équipier avec son équipement complet et sa nourriture « pèse » environ 200 kg. »

 

Pourquoi aimes-tu naviguer en équipage, toi qui passe la plupart de l'année en solitaire sur ton Figaro Bénéteau ?

« Justement pour varier les plaisirs. L'exercice est effectivement très différent du Figaro mais j'ai toujours été habitué à changer de support. Et le fait de naviguer en équipage ouvre des notions de partage et d'échanges qui manquent cruellement quand tu fais du solo. Le Figaro est un bateau adapté à la course en solitaire, ce qui n'est pas vraiment le cas du Maxi Spindrift 2 même si Yann a réalisé l'exploit de faire la Route du Rhum dessus. »

 

Etre appelé par Spindrift racing pour ce record, c’est une satisfaction, une fierté en tant que skipper professionnel ?

« J'avais très envie de naviguer de nouveau sur ce bateau exceptionnel d'autant plus que l'équipe Spindrift racing n'a cessé de l'optimiser depuis 4 ans. Je mesure pleinement la chance que j'ai de pouvoir intégrer cette belle équipe composée de beaucoup de talents d'horizons différents. »

27/10/2017