Thierry Chabagny décroche le podium à Barcelone

Thierry Chabagny a coupé la ligne d'arrivée peu après 13h30, à Barcelone. Après un peu plus de deux jours de course, il hisse Gedimat en troisième position sur la première grande étape de la Generali Solo ! Ce podium fait immédiatement suite à une victoire de manche à Cavalaire-sur-mer. Le tout relance complètement Gedimat au classement général. L’étape est remportée par Gildas Mahé devant Corentin Horeau. Thierry Chabagny devance donc 14 autres concurrents, à commencer par Adrien Hardy (4e) et Xavier Macaire (5e).

Thierry, c'est une belle satisfaction d'être sur le podium ici, à Barcelone ?
"Ah oui, clairement cela fait du bien ! Il y avait un an que je n'étais pas monté sur un podium et là je le fais deux fois de suite, puisque j'ai gagné la dernière manche du Grand Prix de Cavalaire et donc je fais troisième, ici à Barcelone. C'est bien pour plusieurs raisons. D'abord parce que c'était une course de coefficient 4 et donc ce podium me remet complètement dans le match au classement général (7e avec 55 points, mais à seulement 6 points du podium/ndr). Et puis psychologiquement c'est bon aussi d'être dans le coup comme ça. J'espère que ça augure de belles choses par la suite… Il ne faut pas oublier que la course dure trois semaines et elle ne fait que commencer !"

Comment s'est déroulée cette étape, courue dans très peu de vent ?
"Au départ tout allait plutôt bien sous spi, jusqu'à Porquerolles, mais le vent est très vite tombé et on a dû les affaler. J'ai choisi de tenter une option sud alors que le gros de la flotte partait dans l'ouest. Ce n'était franchement pas payant sur les premières vingt-quatre heures de course. Lundi soir encore, je voyais les premiers très loin devant moi, avec mes jumelles… En faisant route vers la côte espagnole, nous avons dû négocier encore une nouvelle zone de pétole. Certains ont vraiment collé à la côte. Moi, après avoir navigué un peu en milieu de flotte, j'ai de nouveau cru que la seule porte de sortie possible était plutôt dans le sud. Et cette fois, j'avais raison. Ce matin au lever du jour, je suis allé chercher une bande de risées que je voyais sur l'eau, et très vite le vent y est passé de 2 à 10 nœuds, tout en refusant. J'ai viré de bord là-dedans et pendant une heure et demie, je suis allé beaucoup plus vite que les autres. Cela m'a permis de revenir sur les deux premiers, Gildas Mahé et Corentin Horeau. Ensuite ma problématique était simple : essayer d’attaquer les deux de devant, mais surtout contrôler tout le reste de la flotte pour protéger ma troisième place ! Je n'ai pas réussi à revenir complètement sur les deux premiers mais j'ai conservé mon podium. Tout s'est joué ce matin, en fait. "

D'après certaines vacations, vous n'étiez pas vraiment seuls sur l'eau la première nuit. Il y avait de gros animaux aussi...
"Ah oui, ça c'était incroyable ! Pendant deux bonnes heures, lors de la première nuit, j'ai entendu très près de moi le souffle des baleines ! Je ne les voyais pas dans la nuit noire mais j'entendais ce souffle puissant, si caractéristique, très différent de celui des dauphins. Au début je croyais même qu'une seule baleine me suivait… mais au petit matin, quand je les ai enfin vues de mes yeux, j’ai compris qu’il y en avait vraiment plein ! C'était bien peuplé ce coin de Méditerranée… Sans compter des dauphins par dizaines."

Et maintenant ? La suite du programme ?
"Nous avons droit à deux jours de repos à Barcelone qui ne seront pas du luxe, car j'ai très peu dormi sur cette étape. Ensuite la compétition reprend avec deux jours de parcours techniques ici, vendredi et samedi. Puis dimanche ce sera la deuxième grande étape, le retour en France vers Beaulieu-sur-Mer. Un peu la même chose que ce que nous venons de faire, mais dans l'autre sens."

Generali Solo  //  24/09/2013
Article précédent : « Nouvelle victoire pour Thierry Chabagny sur Gedimat »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny vainqueur de la manche 4 à Cavalaire sur Mer »