Thierry Chabagny et Gedimat bons pour le service !

Thierry Chabagny a réussi sa course contre la montre : le démâtage de Gedimat dans la Transat AG2R La Mondiale n'est plus qu'un mauvais souvenir. Doté d'un mât neuf, Gedimat est à bon port à Deauville pour la 45e édition de la Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire. Prologue demain samedi, départ de la première étape vers Plymouth dans une semaine, le dimanche 8 juin.

Après le démâtage dans la Transat, être au départ de la Solitaire est déjà une victoire ?
« C'est certain, une bonne chose de faite ! Le bateau a un mât et il est à Deauville dans les temps. Ouf. Evidemment c'était la course pour arriver à ce résultat. Nous avions lancé une commande chez le fabricant dès le lendemain du démâtage, mais il n'y avait pas de stock. Nous avons bénéficié du fait qu'un coureur qui avait prévu de participer à la Solitaire se désiste et pu tout de même récupérer assez rapidement un tube neuf. Nous avons reçu le gréement dormant la semaine dernière et on a aussitôt installé tout ça. Toute l'électronique était aussi à recalibrer et des éléments étaient à réinstaller car lorsque le mât tombe, ça arrache évidemment tous les câbles qui passent à l'intérieur jusqu'aux capteurs aériens en tête de mât. Nous avons même pu refaire la déco du bateau qui avait été très abîmée à bâbord par les conséquences du démâtage. »

Mais un mât nécessite aussi d'être bien réglé...
« Exact. J'ai heureusement eu le temps de faire deux petites sorties pour essayer de retomber sur mes pieds en termes de réglages de mât, dont une avec mon maître-voilier qui a forcément un œil précieux. C'est avec lui que j'ai testé les voiles neuves que je vais utiliser sur cette Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire. Il reste une semaine pour fignoler quelques petits réglages au besoin mais le bateau est prêt... et moi aussi ! »

Tu as fait toi- même le convoyage de Gedimat entre Port-La-Forêt et Deauville. Pourquoi ?
« Oui, j'ai fait le convoyage car j'aime bien être le dernier utilisateur du bateau avant une course importante. J'avais embarqué deux amis, on a fait un peu de près, un peu de portant... et j'ai constaté que tout fonctionne très bien. Le dernier test sera demain samedi avec le Prologue de la Solitaire... Il va me permettre de prendre un départ et de jauger la vitesse du bateau par rapport aux autres, mais je ne suis pas inquiet : j'ai confiance et avant la Transat AG2R La Mondiale, la Solo Maître Coq avait été très positive pour moi de ce point de vue (3e). Il y aura probablement dix nœuds de vent de secteur nord sur le prologue, c'est très bien comme conditions. »

Au moment du démâtage, ce n'était pas du tout évident de pouvoir être au départ. Soulagé ?
« Dès le démâtage, je savais bien que ce serait une course infernale pour être là, au départ de cette Solitaire qui est le grand objectif de la saison. Nous avons fait tout de même 12 jours au moteur et sous gréement de fortune pour ramener le bateau après le démâtage... Et on se rend compte aujourd'hui qu'à 48 heures près nous n'aurions pas été à l'heure ici à Deauville. Voilà, c'est passé juste, à deux jours près... il n'y avait effectivement pas beaucoup de marge. Donc oui, je suis très content d'être ici à Deauville, et motivé ! »

Les trois meilleurs résultats de Thierry Chabagny sur la Solitaire du Figaro :
2e en 2006,  4e en 2009, 5e en 2012

Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire  //  30/05/2014
Article précédent : « Thierry Chabagny : "j'ai envie de me battre" »  //