Thierry Chabagny et Gedimat : saison 8 !

Pour la dernière année de compétition du Figaro Bénéteau 2 – et pour la huitième saison consécutive - Thierry Chabagny portera les couleurs de Gedimat sur le circuit Figaro Bénéteau. Une saison qui le verra notamment défendre son titre avec Erwan Tabarly sur la Transat AG2R La Mondiale, mais aussi tenter de remporter la Solitaire URGO Le Figaro. En attendant ces deux sommets de la saison, premières passes d’armes « à domicile » sur la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten, dans une semaine.

 Thierry, quel est ton programme 2018 ?

« Je commence dans une semaine par la Solo Concarneau, une classique de trois jours en solitaire. Quinze jours plus tard ce sera le départ de la Transat AG2R La Mondiale, que je vais courir de nouveau avec Erwan Tabarly, à bord de son bateau qui s’appellera Armor Lux-Gedimat. On remet le couvert après notre victoire lors de la dernière édition il y a deux ans, avec l’idée de faire la plus belle course possible et si possible de conserver notre titre. Puis, à la mi-juin, je repasserai à la navigation en solitaire sur Le Havre Allmer Cup. Ensuite, fin août, ce sera évidemment La Solitaire URGO Le Figaro. »

 

Revenons sur la Solo Concarneau, dont le parcours devrait être dessiné entre Ouessant et l’île d’Yeu. Pourquoi la faire en solitaire alors qu’il y avait aussi la possibilité de la courir en double, par exemple avec Erwan Tabarly ?

« Nous nous sommes posés cette question avec Erwan, mais pour arriver à la conclusion que c’était mieux pour nous de la faire chacun en solo, pour plusieurs raisons. D’abord parce que nous nous sommes déjà beaucoup entraînés ensemble cet hiver, et pas seulement via les stages du Pôle de Port La Forêt mais aussi lors de séances que nous avons conçues nous-mêmes. Ensuite parce que nous nous connaissons parfaitement et surtout que nous connaissons bien ce qui fait la réalité d’une Transat AG2R, à savoir que c’est très souvent deux fois du solitaire où l’un barre et gère le bateau pendant que l’autre se repose. Une transat en course et en double c’est ça : deux solitaires qui additionnent leurs compétences sur la longueur ; pas l’un qui est au rappel pendant que l’autre barre, comme ça peut être le cas pendant une course plus courte, comme le Tour de Bretagne par exemple. »

 

Tu veux dire que ce qui est important c’est surtout de retrouver le feeling et les automatismes pour faire marcher le bateau ?

« Oui, c’est ça. Gedimat est fin prêt, nous avons fait cet hiver l’entretien habituel et vérifié que tout était bien remis à niveau, notamment les instruments et le pilote automatique qui m’avaient causé des soucis sur la dernière Solitaire. Donc côté matériel c’est bon et avec Erwan nous avons beaucoup travaillé cet hiver pour peaufiner tous les détails qui font le quotidien de la course transatlantique : les voiles et la performance mais aussi le sommeil, l’alimentation, notre façon de voir la stratégie. Tout est à jour, on connait les points clés de la course et on veut exploiter au maximum notre expérience. Avec Erwan, on se connait bien, on prend du plaisir ensemble, on sait qu’on va s’éclater et on a une grosse confiance l’un dans l’autre. On sait qu’on fera bien marcher le bateau. Notre objectif est clairement de gagner la Transat, mais on n’y va pas spécialement dans l’idée de faire un doublé : on y va pour signer une belle course ; en sachant que nous l’avons déjà gagnée et que nous avons donc peut-être un peu moins de pression que ceux qui courent après une victoire depuis des années. »

 

La Solo Concarneau, c’est une course qui se joue un peu à domicile et à laquelle tu aimes participer ?

« J’aime bien cette course au cœur de notre terrain de jeux habituel et dont le succès ne se dément pas : nous serons encore une vingtaine de solitaires à batailler. J’y ai fait quelques podiums dont une place de deuxième en 1997, ce qui ne me rajeunit pas ! Mais je ne l’ai jamais gagnée encore. »

 

Justement, l’objectif va être de remporter cette première course de la saison et d’enchaîner ensuite ?

« Ah ça, l’objectif, c’est toujours de gagner ! En tout cas de faire la meilleure course possible, de prendre du plaisir. Voilà deux ans j’avais dit que je voulais faire le doublé Transat et Solitaire mais on n’a gagné « que » la Transat… Alors si ça peut être cette année je ne dis pas non ! Ce serait une façon sympa d’étrenner la nouvelle déco de Gedimat, car on a suivi la nouvelle identité visuelle de l’entreprise pour la décliner sur le bateau… Et je trouve que c’est très réussi !»

 

Le programme 2018 de Thierry Chabagny à bord de Gedimat : 

- Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten : départ le 5 avril

- Transat AG2R La Mondiale : départ le 22 avril

- Le Havre Allmer Cup : départ le 17 juin

- Solitaire URGO Le Figaro : départ le 26 août

29/03/2018
Article précédent : « Contrairement aux apparences, un bon galop de rentrée pour Chabagny »  //  Article suivant : « Entrée en matière musclée pour Gedimat et Thierry Chabagny »