Thierry Chabagny : « ça peut finir au contact… »

Il ne reste plus que quelques heures de course sur la Transat AG2R La Mondiale, l’arrivée étant prévue en milieu de nuit à St Barth, soit vers 6h du matin lundi en heure française. Gedimat est toujours leader mais rien n’est certain pour Thierry Chabagny et Erwan Tabarly qui voient revenir les bateaux du Nord, dont leur éternel adversaire Agir Recouvrement. C’est très tendu !
Crédit photo : Alexis Courcoux
Crédit photo : Alexis Courcoux

Au classement de 12h aujourd’hui dimanche, l’écart est relativement stable en faveur de Gedimat avec les deux bateaux les plus proches : Generali et Bretagne CMB Performance. Ces deux bateaux sont dans l’axe arrière de Gedimat et n’ont plus beaucoup de possibilités d’attaque, tant qu’il n’y a pas eu de tassement en tête du classement… Un resserrement qui pourrait bien intervenir au tour de l’île de St Barthélemy, où l’on annonce des vents faibles, autour de 7 nœuds pendant le final de cette Transat AG2R La Mondiale et qui affectera en premier les bateaux de tête. Paradoxalement vu de l’extérieur, ce qui inquiète plus Thierry Chabagny et Erwan Tabarly, ce sont les bateaux du Nord, en particulier le tandem que forment Adrien Hardy et Vincent Biarnes à bord d’Agir Recouvrement. Ce fameux bateau avec qui ils ont été en duel quasiment toute la course depuis le départ de Concarneau ! Car Agir est allé vite la nuit dernière et a profité d’un vent plus fort que prévu pour revenir à seulement 12 milles de Gedimat.

Thierry Chabagny sait que l’avance de Gedimat est donc insuffisante pour crier déjà victoire. En début d’après-midi aujourd’hui dimanche, il explique : « ça va, on fait marcher le bateau avec Erwan. Je pense qu'on devrait arriver à Saint Barth en milieu de nuit pour nous, vers 6h ou 7h TU. On essaie de garder le plus de lucidité possible, parce que le final pourrait bien être très serré dans de la molle, des vents vraiment faibles. Ce n'est pas gagné du tout pour nous pour le moment, ça peut parfaitement finir en régate au contact… »

Un final à grand suspense ?

Et le skipper de Gedimat poursuit son explication : « Maintenant on peut considérer que Generali et Bretagne CMB Performance sont un petit peu moins dangereux pour nous, parce qu'ils ne peuvent pas tenter grand-chose à part lofer un peu. Par contre Agir Recouvrement nous inquiète, parce qu’on ne comprend pas comment ils ont pu avoir du vent cette nuit. Ils vont être bien positionnés pour l'empannage et ce n’est pas facile de dire si notre avance (12 milles en distance au but) va être suffisante pour croiser devant eux ou pas ! Il y a de fortes chances pour qu’on se voie à un moment et que le final se dispute à vue. On préfèrerait ressortir devant avec un peu d’avance, mais ce scénario est loin d’être évident. Il y a plus de chances pour qu’on termine très serrés. »

Gedimat est toujours en ballotage favorable, mais en ballotage seulement. A bord, pas question de lâcher la moindre longueur, Thierry Chabagny et Erwan Tabarly sont à fond malgré la fatigue après 21 jours de compétition acharnée. « On est super motivés avec Erwan. Même si on doit se retrouver très serrés avec Agir, on donnera tout évidemment pour tenter d’aller chercher la victoire. L’empannage est pour dans quelques heures (en soirée en France) et nous verrons à ce moment-là quelle est la situation. Quoiqu'il arrive, il faudra nous ramasser à la petite cuiller à St Barth tellement on sera épuisés. »

Transat AG2R La Mondiale  //  24/04/2016
Article précédent : « Thierry Chabagny et Erwan Tabarly remportent la Transat AG2R La Mondiale au bout du suspense ! »  //  Article suivant : « Gedimat : 5 milles d'avance à l'aube du dernier jour de mer »