Thierry Chabagny : « nous allons être cueillis à froid ! »

Retour au circuit Figaro à bord de Gedimat pour Thierry Chabagny. Avec Christopher Pratt, ils ont
pour ambition de monter sur le podium de la Transat AG2R La Mondiale, dont le départ est donné
samedi à Concarneau. Côté météo, ce sera très musclé au moins pendant les deux premiers jours
de course.

Thierry, comment vous êtes-vous préparés pour cette nouvelle course transatlantique à bord de Gedimat, avec Christopher ?
« Nous avons participé à tous les stages du centre d’entraînement de Port-La-Forêt, juste après la remise à l’eau de Gedimat, début mars. Et nous avons beaucoup navigué ensemble, en nous comparant notamment avec le Cercle Vert de Gildas Morvan et Charlie Dalin, avec qui nous avons organisé des petits tests. Nous sommes prêts.»

A moins de 48 heures du départ, à quelles conditions météo vous attendez-vous ?

« Le régime dépressionnaire va persister. Samedi, nous allons partir avec de l’ouest/sud-ouest donc plutôt au près dans du vent qui va devenir vite assez fort, 25-30 nœuds. Un premier passage de front interviendra assez tôt dans la soirée, voire dès samedi après-midi. Derrière, le vent va basculer au nord-ouest et permettra de faire la route directe sur un bord, tribord amure. Dimanche soir, le vent baisse un peu à 20 nœuds… mais on s’attend à la double peine. Car après 48 heures dans une mer grosse à travers le golfe de Gascogne, avec des creux de 2 à 3 dans une mer croisée, une seconde dépression nous arrivera dessus aux environs de La Corogne. Il faudra peut être même repartir vers le large, au près dans une mer mal pavée, pour pouvoir passer l’Espagne ! En résumé, les organismes et les bateaux vont être mis à rude épreuve, avant de pouvoir espérer glisser le long de la cote portugaise et de passer sous l’anticyclone des Açores… s’il est là. »

Ces conditions avantagent-elles les équipages les mieux préparés ?
« Les conditions un peu extrêmes, que ce soit l’absence de vent ou l’inverse comme ici, sont toujours plus sélectives, oui. On peut être sûr qu’au large du Portugal ce sont les meilleurs qui seront devant… les plus entraînés, ceux qui auront eu le moins de pépins et ceux aussi qui auront réussi à vivre le plus normalement. Le début de course peut faire mal ! Evidemment, comme tout le monde j’aurais tout de même préféré partir au portant sur une mer plate, tranquillement. Mais on est habitués et avec Christopher nous sommes prêts à affronter du gros temps, même si ce n’est jamais très agréable et que l’on s’attend à se faire cueillir à froid. »

Il y a une marque de parcours à respecter aux Canaries. Cela change-t-il quelque chose ?
« Oui, car La Palma est à 1300 milles du départ, et surtout 230 milles plus au sud que la marque de parcours habituelle de Madère. Cela va forcément resserrer un peu le terrain de jeu, il sera par exemple moins tentant de plonger plein sud… vu que nous y serons déjà bien davantage que lors des éditions précédentes. Surtout, ce premier tiers du parcours est très important stratégiquement car il y a de fortes chances pour que les avances glanées aux Canaries puissent être préservées ensuite. Cette première partie de course est primordiale et très intéressante, avec ces deux passages de fronts successifs. Il faudra bien négocier le placement et anticiper parce que cela ne sert à rien de bien passer le premier front si cela te place mal pour le second ! Avec Christopher, ce sera une discussion de tous les instants. Je l’ai choisi également pour ça : il a lui aussi l’habitude des Transats et sait lui aussi mener une stratégie météo à moyen et long terme. »

Quel est votre objectif commun sur cette Transat Ag2r-La Mondiale ?
« Faire dans les cinq premiers serait bien, un podium très bien… et gagner fantastique, pour nous et pour Gedimat qui entame sa 9e saison en Figaro. Nous voulons surtout bien naviguer. Nous savons que ce n’est pas toujours suffisant pour l’emporter car il y a une part d’aléatoire et de réussite, mais nous pensons avoir les moyens de bien faire. Et comme toujours nous partons toujours pour gagner ! »

Transat AG2R La Mondiale 2012  //  
Article précédent : « Gedimat en tête de la Transat AG2R après 24 heures de course ! »  //  Article suivant : « Transat AG2R La Mondiale »