Thierry Chabagny pense déjà à Lorient-Horta Solo

Cette année encore entrer dans le Top 10 de la Solitaire du Figaro était en soi une performance qui force le respect. A bord de Gedimat, Thierry Chabagny a su s'y maintenir. Il regrette toutefois de n'avoir pas pu jouer les tout premiers rôles, même s'il a beaucoup tenté. Le regard du marin se porte désormais vers une toute nouvelle course en solitaire, un aller-retour entre Lorient et Horta, aux Açores.

Après de bonnes nuits de sommeil, quel bilan tirer de cette édition ?
"Finir dans les dix premiers n'est pas un mauvais résultat et c'est tout de même une copie plus propre que l'an dernier (16e). Ce que je regrette, c'est d'avoir passé mon temps à courir un peu derrière les tout premiers. Et je crois avoir aussi manqué de réussite. Par exemple sur cette dernière étape tous les routages d'avant départ disaient d'aller au large et finalement il fallait passer à l'intérieur, comme ce qu'a fait Corentin Douguet.  A chaque étape, j'ai dû remonter un peu à la force du poignet pour terminer dans le bon paquet, mais pas assez pour aller titiller le podium. Sous les côtes anglaises aussi, j'attaque un peu tout seul, je prends le risque et au final ça ne paye pas alors qu'Adrien Hardy qui était avec moi, du même côté, termine deuxième de l'étape ! C'est un peu rageant, car ça se joue vraiment à rien. Pour moi c'était une Solitaire de course-poursuite..."

Quels points positifs en tirer ?

"J'ai fait quelques bons trucs... et surtout je pense avoir montré ma capacité à revenir devant. Les meubles sont sauvés car une place dans les dix premiers est toujours un bon résultat sur cette course. Mais j'espérais mieux et il y a un peu de déception, c'est vrai."

Physiquement, c'était une Solitaire particulièrement difficile ?
"Oui, on termine tous très fatigués.  C'était une édition vraiment dure, avec quatre grosses étapes. Nous avons fait plus de 2000 milles, on ne doit pas être trop loin du record de l'épreuve. Il faudra quelques semaines pour s'en remettre, c'est certain ! On va commencer par un peu de repos parce que là c'est juste nécessaire, mais avant de me reposer, je dois ramener mon bateau par la mer de Cherbourg à Port La Forêt. Heureusement, je n'ai pas de grandes compétitions avant Lorient -Horta- Lorient, début septembre. "

Comment vois-tu cette nouvelle épreuve en solitaire, un aller-retour vers les Açores?
"En gros, elle ressemblera un peu à la première semaine d'une transatlantique en solitaire. Cette fameuse première semaine qui est toujours à la fois la plus dure et la plus intéressante de la course, du point de vue de la stratégie météo. L'aller et le retour devraient prendre environ une semaine chacun, avec une semaine d'escale à Horta entre les deux. Chacune des deux étapes représente aussi deux grosses manches de La Solitaire bout-à-bout... ce n'est vraiment pas une épreuve à prendre à la légère !  Il faudra très bien préparer cette nouvelle course, faire un vrai boulot de révision post-solitaire sur le bateau car sur cette route, tu ne peux pas te permettre la moindre avarie. Et puis bien sûr il faudra y aller avec beaucoup d'envie et beaucoup d'engagement ! C'est la dernière épreuve qui compte pour le Championnat de France et nous devrions être une vingtaine à y participer. La Lorient-Horta Solo s'annonce comme une très belle course. En plus, c'est toujours un sentiment particulier d'aller vers ces îles perdues au milieu de l'Atlantique, très peu urbanisées, où les paysages sont magnifiques et où la nature a conservé ses droits."

Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire  //  04/07/2014
Article suivant : « Thierry Chabagny 12e à Cherbourg-Octeville »