Thierry Chabagny : "Ça peut être marrant !"

Ils seront finalement 37 concurrents à s'élancer ce jeudi sur la Solo Concarneau-Trophée Guy Cotten. Un plateau de premier ordre à la fois en qualité et en quantité puisque tous les prétendants à La Solitaire URGO Le Figaro seront en lice pour cette épreuve qui va ressembler à s'y méprendre à une étape de la grande classique estivale. D'ailleurs, la météo sera elle aussi quasiment estivale… et donc piégeuse. Le skipper de Gedimat explique…

 

Thierry, à quelques heures du départ, on a une idée plus précise de la météo…

 

« Nous sommes dans une situation anticyclonique. Ce qui veut dire que nous allons donc normalement naviguer dans un régime de vent de Nord-Est, mais qui sera perturbé dans la journée par les effets des vents thermiques (qui se créent avec la différence de température entre la terre et la mer, ndr). »

 

Concrètement ?

« Concrètement, cela veut dire que le vent peut tomber complètement dans la journée, avec des phases de molle dans la transition entre le vent synoptique et le vent thermique. Dans la nuit, le vent reprendra de la vigueur en remontant progressivement vers le Nord-Est. La nuit, il va faire froid et on aura du vent médium entre 13 et 20 nœuds, dans la journée ça peut être mou... »

 

Et le départ est à 15h…

« Oui, donc on va partir pile poil dans la transition, ce qui veut dire que ça peut pétoler avec des vents faibles en baie de Concarneau dont il faudra bien s'extraire. Ensuite, pour la montée vers les Pierres Vertes, marque de parcours entre Molène et Sein, il n'est pas impossible qu'on puisse envoyer le spi… voire le porter aussi sur l'autre bord en redescendant. Ce qui pourrait être très sympa. On devra peut-être alterner entre génois et spi. »

 

Quelles sont les portions ou les périodes délicates de la course à première vue selon toi ?

« Le départ donc et je pense la journée de vendredi où les vents risquent d'être bien faibles. Ensuite le vent reprendra de nouveau du corps en soirée et dans la nuit. On verra s'il y a une réduction de parcours à la marque Sud banc de Guérande, ou si on va effectivement faire le tour de l'île d'Yeu comme prévu dans le parcours initial. »

 

Le tout ressemble fort à une étape estivale de La Solitaire !

« Exactement. Même s'il fera froid la nuit, on risque au contraire d'avoir chaud les après-midis et de devoir gérer cette alternance de vents faibles dans la journée, puis de thermique dans l'après-midi et de vent médium à soutenu dans la nuit. Ce sont effectivement des ingrédients qu'on retrouve souvent sur La Solitaire. C'est d'autant plus intéressant. Et puis, faire tout ça à 37 bateaux dont tous ceux qui veulent briller sur la Solitaire, ça va être sympa… Ça va attaquer de partout je pense et ça peut être vraiment marrant! »

Solo Concarneau - Trophée Guy Cotten 2017  //  06/04/2017
Article précédent : « 5e de la Solo Concarneau-Trophée Guy Cotten : première course de la saison et premier bon résultat pour Gedimat »  //  Article suivant : « Le Figaro Gedimat dans les starting-blocks »