Thierry Chabagny : "gare au passage du Fastnet..."

Le départ de la deuxième étape de la Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire sera donné ce soir à 18h30 à Plymouth (19h30 heure française). Destination Roscoff... mais en allant d'abord saluer l'Irlande au célèbre phare du Fastnet. Avec ses 535 milles c'est l'étape la plus longue de la course. Pour Thierry Chabagny qui est bien placé au classement général (8e à 22 minutes), les pièges sont nombreux, mais le plus périlleux est justement le contournement du Fastnet.

Il faut déjà repartir pour la deuxième étape. Quelles vont être les conditions météo ?
"Il fait beau ! Le schéma général est une situation globalement anticyclonique, avec un gros anticyclone installé dans l'ouest de l'Irlande qui va nous donner du vent de nord-est. Cet anticyclone est relativement stationnaire et nous serons sous son influence pendant toute l'étape. La force du vent sera variable, comprise entre... zéro et vingt nœuds."

La première difficulté ?
"La toute première c'est le petit parcours pour sortir de la baie de Plymouth, dès le départ. Comme toujours, c'est stressant. Là, vu l'heure de notre départ nous serons sous l'influence du vent thermique de sud/sud-est. Attention au courant aussi car il sera fort, nous sommes en vives eaux. Ensuite, il faudra être très vigilant sur la phase de transition entre ce vent thermique et le retour du vent de nord-est, quelques heures plus tard."

Il y a des zones interdites à la pointe de l'Angleterre et au Fastnet, peux-tu nous les expliquer ?
"Nous n'avons pas le droit de naviguer dans les DST, les dispositifs de séparation du trafic marchand, sous peine de disqualification... Or il y en a trois autour de l'archipel des Scilly et l'entrée dans cet archipel nous est interdite aussi. Il faudra donc slalomer entre ces nombreux obstacles. A priori le chemin le plus court passe entre le DST-Est et l'archipel, mais en fonction du timing de passage et donc du courant, ça peut t'obliger à faire des "S". Il faudra être vigilant. Il y a un autre DST ensuite, après la traversée de la Mer Celtique dans du nord-est de 15 à 17 nœuds mais qui va mollir. Ce nouveau DST est dans le sud-est du phare du Fastnet. Comme il y a un gros risque de pétole là-bas, la direction de course a ajouté une autre marque de parcours : la cardinale sud 'The Stags' qui va nous coller à la côte irlandaise et diminuer le risque de dériver dans ce DST du Fastnet."

Car il n'y aura pas du tout de vent au Fastnet ?
"J'en ai bien l'impression... peut-être trois nœuds, peut-être zéro. C'est le point clé de la course, lundi matin je pense. Ce sera l'écoute à la main à batailler pour gagner chaque centaine de mètres. Tu peux créer des écarts énormes dans ces conditions... car ensuite avant de récupérer le vent de nord-est pour redescendre vers la France, il y a du chemin à faire, peut-être une vingtaine de milles sans vent ! Imagine que des bateaux partent pendant que d'autres restent scotchés et les écarts peuvent se creuser de manière très spectaculaire. Il faudra être bon techniquement pour sortir de là dans le paquet de devant."

Le retour vers Roscoff ?
"Une fois sorti de cette nasse du Fastnet, quand on retrouve le vent de nord-est il est stable et va en se renforçant. Pas d'inquiétude pour l'arrivée, on aura peut-être vingt nœuds et donc on peut étaler le courant. C'est ce qui peut permettre aux bateaux ayant pris du retard en distance de limiter les dégâts en temps (10 milles de retard à 10 nœuds c'est une heure, à 5 nœuds c'est deux heures, etc). Il faudra être rapide évidemment, mais ce retour ne pose pas de problème particulier. Le point clé, c'est le passage du Fastnet."

Etre bien placé au général change la manière d'envisager cette étape?
"Je ne vais pas prendre de risques inconsidérés. Ce sera une belle bagarre et comme d'habitude ce serait mieux de la vivre devant... "

Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire  //  16/06/2014
Article précédent : « Thierry Chabagny 11e à Roscoff »  //  Article suivant : « Thierry Chabagny préserve toutes ses chances »